Ofac défend la bande magnétique sur les cartes d’assuré

Bande magnétique ou puce électronique ? Le débat est en cours à propos des cartes d’assuré 42a LAMal. Récemment, SASIS SA, la filiale de santésuisse responsable de l’exploitation de cartes d’assuré pour une partie des assureurs LAMal, a suggéré à ses membres d’abandonner la bande magnétique dès 2015 pour ne conserver que la puce électronique sur leurs cartes.

Cette initiative a fait vivement réagir de nombreux professionnels de soins qui ont fait part de leurs inquiétudes auprès d’Ofac. En effet, la bande magnétique, qui contient le numéro de la carte, présente de nombreux avantages par rapport à la puce : un coût raisonnable, un système de lecture simple et pratique et une durée de vie conforme aux besoins.

En outre, cette décision pourrait causer d’importants problèmes techniques, car la lecture du contenu de la puce électronique requiert l’installation d’un logiciel qui n’est pas forcément compatible avec les divers systèmes informatiques utilisés en Suisse.

Autant d’avantages vérifiés et prouvés à plusieurs reprises, pourtant tous remis en cause par SASIS SA. Ofac tente donc de convaincre la filiale de santésuisse de revoir une position qui obligerait des milliers de professionnels de soins à investir à grands frais pour changer un système qui fonctionne aujourd’hui à la satisfaction générale.

Afin de bien faire comprendre son message, Ofac a envoyé une communication aux assureurs affiliés à SASIS SA pour les sensibiliser sur l’importance de confirmer la présence de la bande magnétique sur les cartes d’assuré en 2015 et de laisser ainsi le choix aux prestataires de soins de choisir entre la puce et la bande magnétique. Affaire à suivre…