Entretien avec Guy Bardet, nouveau directeur financier du groupe Ofac

Guy Bardet

Le département Finances et Comptabilité d’Ofac est dirigé depuis le début de cette année par M. Guy Bardet, qui rejoint l’équipe de direction du groupe. Il succède donc à M. Marcel Baillod, qui a décidé de donner une nouvelle orientation à sa carrière.
Quelques jours seulement après son entrée en service, rencontre avec le nouveau directeur :

M. Bardet, quelles activités allez-vous superviser ?

Tout d’abord la tenue de la comptabilité pour la coopérative et ses sociétés, avec notamment la gestion des comptes d’exécution et les paiements fournisseurs, ainsi que la gestion de la comptabilité générale sous mandat pour certains de nos sociétaires. Dans le cadre d’Apofin, j’interviendrai également au niveau de l’analyse financière des dossiers de financement qui nous sont soumis par nos sociétaires. Mon équipe compte une vingtaine de collaborateurs, y compris plusieurs comptables diplômés, pour l’ensemble des sociétés du groupe.

Avez-vous déjà pu déterminer vos objectifs prioritaires ?

Tout comme nos sociétaires qui doivent modifier et optimiser leurs méthodes de travail pour faire face à la pression sur les prix et sur les marges, nous devons impérativement nous adapter à la situation notamment en gérant les flux financiers de façon encore plus fine, et en optimalisant les performances de nos outils de gestion. C’est ma principale mission pour les mois à venir.

Quel a été votre parcours avant de rejoindre le groupe Ofac ?

Originaire de la Broye vaudoise, où je suis né il y a 43 ans, j’ai suivi ma scolarité à Avenches puis obtenu ma licence en Sciences économiques et sociales à l’Université de Fribourg.

Après une première activité professionnelle au sein du groupe Minoterie SA, j’ai travaillé pour Nestlé comme «expat.» en Afrique – notamment Maroc et Côte d’Ivoire – pour des missions de gestion financière et comptable. Plus récemment, j’ai travaillé pendant une quinzaine d’années pour le groupe Pouly, une importante chaîne de boulangeries situées en Suisse romande, avec 850 employés et 75 points de vente, d’abord comme responsable financier puis directeur général. Dans ce cadre, j’ai déployé une activité de développement des ventes sous licence, et notamment en Suisse alémanique et en Allemagne, ce qui m’a permis de pratiquer et parfaire mon allemand.

Quelles sont vos toutes premières impressions chez Ofac ?

Très positives! L’accueil que m’ont réservé aussi bien mes collègues de la direction que les collaborateurs de mon département a été particulièrement chaleureux, et je me réjouis de mettre dès maintenant mon énergie au service de la coopérative et de ses sociétaires. Bien qu’encore en période de prise d’informations, je sais déjà que j’ai fait le bon choix en acceptant ce job.